Healthy & Co devient Gypsy & Co !

  /  Récits de voyages   /  Été indien 2020 – Le road trip de Claire B.

Été indien 2020 – Le road trip de Claire B.

Mai, juin, juillet se découvrant, l’envie de vacances grandissait de jour en jour. Ce besoin d’évasion ne cessait d’occuper mes pensées… Je n’éprouvais pas le besoin de repos mais plutôt une envie d’aventures et de liberté absolue (enfin presque) pour pouvoir couper de la routine couplée aux contraintes du confinement, cette épée de Damoclès qui continuait de nous guetter.

Je ressentais également le besoin de simplicité et de me recentrer sur deux choses essentielles à mes yeux : la nature et mes proches. Un road trip serait donc le projet de mes vacances. Je m’amusais à me rêver en Telma version « frenchie » mais, il ne me restait plus qu’à trouver ma Louise !

Je n’ai pas choisi, enfin… je dois admettre avoir légèrement encourager le destin en soumettant l’idée à un de mes amis : Benjiben !

Empereur de l’imprévu, et libertaire affirmé, il fuit le modèle consumériste – même s’il a un Iphone, on va dire que c’est seulement pour prendre de belles photos même si en vrai, il n’en prend pas souvent – il vit au jour le jour et simplement, il est menuisier et légèrement grumpy parfois (souvent en réalité), c’est un ami bienveillant, à l’écoute et qui sait apporter du réconfort en cas de coup de blues. Un vrai hippy des temps modernes. Il n’avait pas de vacances de prévues et le Zafira de ses parents était à disposition (encore un grand merci à Doudou et Albert ❤): il était donc le partenaire de idéal. Mais il n’aura pas dérogé à ces angoisses d’organisation, même s’il était question d’un road trip qui promettait d’être mémorable : jusqu’au dernier moment, il n’a pas voulu s’engager. Dernier rappel 2 semaines avant le supposé départ, et ça y est : il a dit OUI !

À peine sa réponse prononcée, un sentiment de joie m’envahit, suivi par une certaine appréhension : et si ça matche pas? Et si on se supporte pas ? 1 semaine ça peut être long
! Inspiration, expiration : ça va bien se passer, rappelle toi, Amy dit toujours : “tu attires ce que tu vibres”, donc profiter de l’instant présent et bienveillance seront les intentions qui guideront mon mindset durant cette expérience qui se profile riche, mais en quoi ? Fallait-il encore la vivre pour le savoir.

JOUR 1 : 27 aout
La veille du départ, direction à Saint-Dizier pour y passer la nuit chez Benjiben et être en forme le le lendemain pour le grand départ. Petit apéro improvisé avec ses amis, l’un d’entre eux va être Papa dans la soirée. Le lendemain, réveil à 7h, direction : quelques part vers la côté ouest. On charge, on installe le matelas à l’arrière sur les sièges rabattus, on lance la playlist et en voiture Simone !

Entre 2 pauses “station”, il avait envoyé un message à l’un de ses amis qui habite près de Nantes – ils s’etaient rencontrés quelques années plus tôt en Nouvelle-Zélande où ils avaient travaillé ensemble pendant presque une année. Et bingo, Marvin venait de rentrer des vendanges ! Nous passerons donc nos premiers jours de vacances chez lui (enfin chez ses parents, des gens drôles, généreux et d’une extrême gentillesse, qui ont une ferme d’escargots et un bébé chat nommé Marijuana – Juana pour les intimes). Soirée de retrouvailles pour ce premier soir et rencontre de Vanvan, Felox et Clem… Au programme de ces quelques jours : bières, gueules de bois, mölkky local avec des pièces, une soirée moustache, un lendemain de soirée qui a commencé par resto : pizza en entrée, puis plat principal et un aprem chill :page1image45334944page1image38999872

kiteboard pour certains, public des courageux pour les autres. Baptême de kite pour Benji, il se laisse tenter : après un début timide et quelques tours hésitants, Benji sort enfin de l’eau, la foule est en délire ! Youhou ! T’es le meilleur !

Le lundi, l’aventure se poursuit vers Noirmoutiers, et sa plage, un peu comme Tahiti mais version l’Atlantique, sans les palmiers ni les 38 degrés, mais une eau des plus turquoises. Premier bain de soleil et après-midi plage, ça fatigue la route après tout ! Nous passerons ensuite la nuit aux sables d’Olonne : apéro sur la plage et recherche d’un spot pour passer la nuit ! On est équipé pour dormir dans la voiture mais, ce panneau à l’entrée du parking nous fait hésité : INTERDICTION DE STATIONNER de nuit sous peine d’amende. Relou ! Si on se fait surprendre, ça fait cher la nuit… Même si on ne fait de mal à personne, pourquoi nous priver de cette liberté ! Nous, on fait attention à la planète ! On ne jette pas nos déchets par terre ! On privilégie le zéro déchet ! Et on sait combien il est important de respecter le lieu et la nature…On finit par se résigner, et aller Google pour trouver un camping…la tristesse ! On choisit tout même un emplacement “caravane”, histoire de conserver la simplicité et la magie du road trip qu’on s’était imaginé mais rendues limitées cette fois…Mais pas grave, on est content d’être là et pour le lever de soleil avec le bruit des vagues et les pieds dans le sable, on mettra une playlist et en fermant les yeux et en imaginant très fort la scène ce sera presque pareil !

Le lendemain, cap vers La Rochelle, bref détour par la ville mais juste pour manger une délicieuse glace et y dormir : le lendemain, on part pour l’île de Ré, à vélo ! La dernière étape sera sur l’île d’Oléron : nous ne prendrons pas de risque et optons rapidement pour un camping mais cette fois avec une tente géante, j’ai l impression d’être Elisa Delajungle ! On continue d’apprécier le sable chaud, le farniente, les siestes au soleil (après étalage des 3 couches règlementaires de crème solaire pour éviter les coups de soleil), les apéros sur la plage, la liberté de n’avoir aucune contrainte d’emploi du temps, on se laisse guider par la position du soleil dans le ciel et bercer par la brise du front de mer, on capture chaque moment en mémoire, on s’émerveille de la beauté des paysages et de l’horizon sans fin qui laisse entrevoir toutes les possibilités que la vie peut nous offrir… dernier apéro sur la plage, on se regarde, on se le dit : on a tellement de chance d’être là, à ce moment précis, à cet endroit, un moment rien qu’à nous capturé par un polaroïd qui matérialisera cette aventure et tous ces merveilleux moments (depuis, il trône sur le mur de ma chambre et je le regarde chaque matin).

Le lendemain, après 7 jours d’aventure, on remballe, on range nos affaires, et dernier repas dans un petit restaurant sur le port (le genre qu’on aime bien car plutôt instagrammable) : Les vagabonds. Hasard ou coïncidence ? Nous n’avons même pas fait exprès de le choisir…il s’est juste proposé à nous sans qu’on s’en aperçoive. Un sentiment de satisfaction et de bonheur se devine sur nos visages, mêlé à celui d’une certaine frustration car la fin se fait sentir… Dans 7h on sera à la maison et il faudra laisser place aux embrassades et aux aux revoirs (je sens la petite larme arriver, je me connais). Mais qu’importe, ce qui rend si précieux ces moments, c’est le fait qu’ils soient limités dans le temps. C’est ce pourquoi on les vit aussi intensément sans vouloir en gâcher aucune minute ni même seconde.

Clap de fin, c’est le moment de faire le bilan : 1774 kilomètres parcourus, de belles rencontres, bcp de rires, des moments de partage sincère et bienveillants, bcp d’apéros (la detox ce sera pour la rentrée), de beaux couchés de soleil, et, dans mon souvenir, pas de prises de tête notable à déplorer. Conclusion : un pari des plus réussis ! Vivement le prochain ! Claire B.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour ne manquer aucun évènement.

d
@GYPSYANDCO

Rejoignez le Gypsy Gang sur Instagram

Logo Gypsy & co

Rejoignez le Gypsy Gang sur Instagram et ne loupez aucun évènement d’Amy Bossi !
@amybossi
@gypsyandco

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
Erreur : aucune publication trouvée.