Je n’aime pas cuisiner. Ok. Je ne sais pas cuisiner. Ok. Je n’ai pas le temps de cuisiner.
Bon d’accord peut-être que tout le monde peut se mettre à cuisiner et apprécier ça mais vraiment quand je vois le résultat de mes tentatives de repas, et ce à chaque fois, je me dis qu’on n’est pas tous nés avec une cuillère en bois et une casserole dans la main. Mes amis ont tous piscine, ou poney ou encore poney en piscine quand je les invite à dîner chez moi. Soit ce sont de grands sportifs soit j’ai de quoi être vexé quand même.

Bref, tout ça pour dire que j’avais décidé de changer cela. Et quel meilleur moyen que d’assister à un cours de cuisine et comme on est sur la vague Healthy & co, un cours de cuisine BIO, celui d’Amandine Geers.

Oui j’avais un a priori : j’allais bouffer des feuilles de salade mélangées avec du navet et du fenouil issus du petit producteur local (pour moi, local = Paris = navet et fenouil saupoudrés de particules fines) ; le tout bien sûr accompagné de graines de toutes sortes que même les oiseaux ne connaissent pas.

Eh bien j’avais tort. Oui je le reconnais, je me suis trompé. Vilain a priori pas beau.

Déjà, quand on arrive, les couleurs vives et variées des différents légumes vous accueillent et vous donnent le sourire. C’est con mais on se sent en confiance, rassuré par la provenance de ces ingrédients apparemment sains, et apaisé par leur bienveillance et les bienfaits qu’ils vont nous apporter.

Ensuite la cuisinière, l’organisatrice de ce cours : Amandine, souriante, accessible, qui veut nous faire partager le goût simple de ses légumes et sa vision d’une production saine pour nous et pour notre belle Terre.

J’ai appris une base déjà : tenir compte de la saisonnalité des fruits et légumes. En effet manger des abricots et des melons au mois décembre n’était pas normal selon le calendrier.

Ensuite, on ne perd pas de temps, on enfile les tabliers et on se voit attribuer chacun un plat à réaliser : des mousses de tofu à l’ail et aux herbes, un taboulé, une salade de petits légumes de saison, un smoothie (ou une soupe froide) aux fanes de radis, un pain perdu au lait de poireau et une mousse d’avocat aux fraises. Perso je prends le pain perdu dont voici la recette :

Pour un plat de 30 sur 20 cm :

  • du pain un peu dur
  • 2 courgettes moyennes (environ 600 g)
  • 1 fromage de chèvre frais (environ 150 à 200 g)
  • 60 cl de lait, végétal ou non
  • 3 œufs
  • sel, poivre et muscade
  • 2 c. à soupe de menthe (facultatif)
  • Commencer par graisser votre plat. Couper le pain en tranches et les disposer de manière à couvrir le fond du plat. Préchauffer le four à 180°C.
  • Ensuite, laver soigneusement les courgettes puis les râper. Les mixer dans un blender avec le lait, les œufs et les 3/4 du fromage. Adapter la puissance du mixage selon la texture que vous préférez. Assaisonner en ajoutant les feuilles de menthe puis mixer à nouveau mais brièvement. Verser délicatement le mélange sur le pain et émietter le reste du fromage. Enfourner jusqu’à ce que le mélange soit pris et doré, pendant environ 30 minutes.
  • Vous pouvez accompagner ce plat avec une petite salade, healthy et bio bien sûr. Non parce que si vous me concoctez une salade de lard, gésier, saucisson, pastrami… là on ne va pas s’entendre.

L’atelier se passait dans une ambiance vraiment conviviale et sympathique. À la fin, nous nous sommes tous installés à la grande table et avons dégusté les plats que chacun avait préparés. Une bonne occasion de partager ses sensations et son expérience dans la cuisine.

Pendant cette matinée d’atelier culinaire, j’aurais appris à savoir sélectionner mes fruits et légumes, appris à relever mes plats de bonnes graines très surprenantes, appris aussi à prendre plaisir à préparer un plat savoureux.

Ne me demandez pas de devenir un cordon bleu, je dois être à la ceinture blanche là.

Si vous aussi, vous souhaitez tester ce délicieux cours rendez-vous sur le site d’Amandine Geers, What’s for dinner.