Dingue. Vous n’avez pas vu cette journée passer. Ni cette semaine d’ailleurs. Et à bien y penser, c’est presque ce début d’année que vous avez l’impression de ne pas avoir vécu. Et si on pousse encore plus loin la réflexion ?

Vous venez de rentrer chez vous, enfin, comme tous les soirs, au-delà de 22h. Comme d’habitude, vous avez la flemme de préparer un dîner et comme d’habitude vous allez manger des restes de l’apéro de la veille (auquel d’ailleurs vous êtes arrivée la dernière), des cochonneries qui traînent dans vos placards, ou alors le fameux céréales-yaourt-pomme. Comme d’habitude, vous vous affalez dans votre canapé et avez à peine la force d’attraper la télécommande. Le concept de soirée n’existe pas dans votre vie puisque la majeure partie de celle-ci se passe au travail.

Vous manipulez votre meilleur ami le smartphone comme d’habitude avec des doigts frénétiques. Même si là, l’énergie a laissé sa place depuis quelques heures déjà à la nervosité. Ou plus précisément à la fatigue nerveuse. Celle qui vous habite depuis des mois et des mois, des années même, celle qui prend le contrôle de votre corps et de votre tête, celle qui vous permet de tenir face à tout ce travail, tout ce stress, celle qui cache un vide abyssal que vous frôlez mais que vous vous forcez à ne pas voir. Vous n’avez plus le temps de voir vos amis, ni de rencontrer des mecs, ni de faire des soirées, ni…

Et si vous preniez enfin le temps ?

Et si vous changiez totalement de vie, de façon de vivre, de vision de vie ? Pourquoi la subir ? Ça paraît compliqué voire impossible n’est-ce pas ? La slow life existe et est une réponse au rythme infernal imposé par le monde du travail et par une société hyper-connectée.

Les conseils :

  • Quand vous n’êtes plus au travail, éloignez-vous de votre smartphone. Coupez, enlevez-le de votre poche, n’ayez plus aucun contact avec, vous verrez que ne plus le sentir physiquement apporte déjà énormément de soulagement.

 

  • Arrêtez de regarder toutes les dix minutes le fil d’actu de Facebook, les nouvelles photos de vos amis sur Instagram, les derniers tweets sur Twitter… Sérieux, à quoi ça sert ? Qu’est-ce qu’on s’en fout que Marie ait pris son dîner en photo, qu’est-ce qu’on s’en fout de voir une énième vidéo de chatons trop mignons…

 

  • Restez un peu seule avec vous-même pour une fois. Profitez-en pour reposer votre tête, ne penser à rien de précis, laisser divaguer votre esprit.

 

  • Arrêtez de vouloir combler les vides. Ne rien faire est salutaire. On a besoin de pauses parfois pour avoir à nouveau de la créativité, de nouvelles idées, une nouvelle fraîcheur dans sa vision quotidienne.

 

  • Faites des activités manuelles. Touchez les choses. On utilise tellement d’appareils à capacité virtuelle que notre corps est en manque de vrai, de toucher. Cuisinez, jardinez, marchez pieds nus dans l’herbe.

 

  • Fermez les yeux et faites appel à tous vos autres sens que la vue. Concentrez-vous tour à tour sur les odeurs, les bruits…

 

  • N’écoutez pas les gens en colère, les gens agressifs, les remarques désobligeantes.

 

  • Profitez des moments que vous vivez, des amis avec qui vous êtes, soyez à 100 % dans ce moment et pas ailleurs sur Facebook ou Internet en général.

Vous vous apercevrez que très facilement le simple fait d’appliquer l’un de ces conseils vous fera un bien fou immédiat.

Reprenez le contrôle de votre vie !

EnregistrerEnregistrer