Interview - Ely Killeuse, son engagement pour le « Body Positivism »

Ely Killeuse, célèbre sur les réseaux sociaux pour son engagement auprès du mouvement “Body Positive” nous a accordé une interview dans laquelle elle nous parle de son rapport à son corps qu’elle a malmené pendant longtemps, de son parti-pris sur Instagram de se dévoiler telle qu’elle est, sans filtres et sans photoshop et de son combat pour prouver que “Body Positivism” ne signifie pas “se laisser aller” mais reflète bien une histoire d’acception de soi.

Une interview inspirante, qui fait du bien, et qu’on avait très envie de vous partager !

Hello Ely ! Être healthy ça signifie quoi pour toi ?

Hello, alors pour moi healthy c’est simplement “sain”, et “sain” pour moi c’est synonyme de “santé” être healthy c’est être en bonne santé, penser à sa santé, la préserver, la travailler, en prendre soin.

L’acceptation de son corps est un sujet que tu traites régulièrement sur ton blog. Quelle relation entretiens-tu avec le tien ?

Je l’aime, ENFIN je l’aime. Je l’aime à 30 ans après l’avoir malmené pendant 20 ans. Régimes, TCA, scarification, clope, alcool, absence totale de sport… Je lui en ai fait subir en 20 ans, mais je crois que si je n’étais pas passé par là, lui et moi nous n’aurions pas cette relation aujourd’hui.

Aujourd’hui je l’aime, je le nourris avec plaisir et amour en mangeant bio et végétarien, en faisant du sport régulièrement, mais surtout en lui faisant plaisir : pizzas ou apéro, sport plaisir et plus de surmenage. J’écoute mon corps et ça change tout.

Interview : Ely Killeuse, son engagement pour le « Body Positivism »

© Instagram Ely Killeuse

Sur Instagram, tu as choisi te montrer telle que tu es et de dévoiler tes imperfections : sans filtres, ni retouches ou autres artifices. À l’heure du diktat du corps parfait et des photos ultra retouchées, c’est un vrai parti pris. Peux-tu nous expliquer ta démarche ?

En fait je culpabilisais de ne pas avoir d’abdos, de ventre plat, d’avoir de la cellulite et de faire une taille 42, alors je jouais le jeu des poses de fitgirl comme tout le monde…

Et puis je me suis inscrite en salle de crossfit, et en me retrouvant dans les douches collectives, parmi toutes ces sportives, j’ai vu du gras, de la cellulite, des poitrines non refaites et aussi peu fermes que la mienne et je me suis dit “merde je suis normale”.

C’est à ce moment-là que j’ai voulu moi aussi changer le paysage d’Instagram. Montrer ce que je suis mais aussi ce que nous sommes toutes : des femmes avec des corps différents de ceux des magazines ou des coachs sportives du web, des femmes avec des corps qui ont vécu et qui en gardent les séquelles.

Quels conseils donnerais-tu à toutes celles qui ne supportent pas leur reflet dans le miroir ?

Mon conseil face au miroir est simple : regardez vous comme si vous voyiez votre meilleure amie. Si votre reflet était votre mère, soeur ou amie seriez-vous si dure avec elle ? Lui diriez-vous des méchancetés comme vous le faites avec vous-même?

Voyez en vous ce qu’il y a de meilleure comme vous le feriez avec le regard bienveillant de quelqu’un qu’on aime.

Comment as-tu réussi à sortir de l’engrenage des régimes drastiques, pilules miracles et autre produits pour mincir ?

En acceptant mon corps, en le montrant tel qu’il était, en l’assumant aux yeux de tous et en m’entourant de bienveillance. En faisant notamment le tri sur les réseaux sociaux, j’ai appris à m’aimer. Cela a presque pris 1 an pour sortir de tout ça, mais ça en valait la peine.

Interview : Ely Killeuse, son engagement pour le « Body Positivism »

© Instagram Ely Killeuse

Qu’est-ce qui te donne confiance en toi au quotidien ?

C’est idiot mais votre confiance doit venir de vous et de personne d’autre, n’attendez pas qu’on vous aime pour vous aimer, apprenez à être votre premier amour.

Le matin je ne suis pas toujours au top mais face au miroir je me regarde sous mon meilleur angle. Quand le moral est bas, j’enfile ma tenue fétiche et JE décide seule que ce sera une belle journée avec moi-même et elle le sera.

Le livre qui a bouleversé ta vie ?

EAT de Gilles Lartigot, rien à voir avec l’acceptation du corps, mais il m’a beaucoup appris et a donner du sens au mot “healthy” en m’apprenant bien des choses sur mon alimentation.

Pour l’acceptation du corps, je n’ai pas trouvé de livre à ce sujet, mais j’ai lu beaucoup de roman de développement personnel notamment du Laurent Gounelle. En effet, pour aimer son corps il faut aussi aimer l’âme qui y vit.

Peux-tu partager à nos lectrices ta recette healthy favorite ?

Je suis nulle en cuisine ! J’aime le “vite fait bien fait”, la seule vrai recette que je cuisine ce sont les pancakes sans gluten et toujours au pif ! C’est ma marque de fabrique.

La recette :

Dans un bol mettre de la farine de sarrasin, ajouter une pincée de bicarbonate de soude, mettre un peu d’eau jusqu’à obtenir une pate à crêpe.

Huiler une poêle, mettre la préparation dedans (moi je fais un gros pancakes mais on peut en faire plusieurs) ajouter des tranches de pommes et recouvrir avec un couvercle..

Laisser cuir à feu doux et hop ! Un pancake.

Ton mantra ?

“Ce que les autres pensent de vous, n’a rien à voir avec vous mais tout avec eux”

Cette phrase ma permis de comprendre et me libérer du regard des autres

Photo de couverture : @jfchavanne X @edition_marabout