Moi… Les autres…

Pour lever le tabou sur l’anxiété sociale.


Je suis stressée par la présence des autres. J’aime les autres. Mais les autres me stressent. J’aime parler. Mais j’aime aussi le silence.

Lorsque je me retrouve avec une seule personne, je me sens mal. Je retiens ma respiration. J’ai peur d’être ennuyante. Mes épaules sont contractées, mes sourcils froncés, mon visage figé. Je me sens gênée, contrainte de sociabiliser. Les autres considèrent le silence comme source d’ennui ou de gêne. Je considère le silence comme quelque chose de relaxant, même en présence d’une autre personne.
Lorsque l’on me propose une sortie, je dois y réfléchir longtemps avant d’accepter. Et quand bien même j’accepte, dans 90% des cas je finis par annuler.
Lorsque j’accepte une invitation à sortir, je finis par être épuisée, ennuyée et drainée. Je ressens rapidement le besoin de rentrer, seule. Je m’assure toujours d’être véhiculée afin de pouvoir rentrer dès que je le souhaite, sans dépendre de personne.
J’ai toujours fréquenté des personnes très bavardes, sûrement pour compenser le fait que je ne parle pas beaucoup. Résultat, je suis encore plus épuisée.
Lorsque je me retrouve enfin seule, mon souffle reprend, mes batteries se rechargent. Je me sens mieux et plus efficace.


Suis-je normale ? Suis-je asociale ? Suis-je malade ? Pourquoi ce mal-être ?


Surtout, comment faire face à ce type de crise au travail dans un contexte où l’on travaille en open space ? À l’école, dans un contexte où les travaux de groupe se multiplient ? Lorsque l’on est globe-trotteur et que l’on est amené à faire des rencontres ?


J’en ai eu assez. Assez d’avoir peur des autres. Assez de culpabiliser à l’idée de refuser une nouvelle fois une proposition de sortie. Assez de me torturer l’esprit en me reprochant de ne pas être plus sociable. Assez de vivre dans un monde dont le message est qu’il faut être extraverti pour réussir sa vie.


J’ai commencé par étudier mon signe astrologique qui est le Verseau et à faire des tests de personnalité.

Je me suis ensuite fixé un défi de dix jours : chaque jour, je dois effectuer une action en lien avec mon caractère et rédiger un journal sur l’impact de ces actions dans ma vie.

1. Lire le livre « Quiet » de Susan Cain

Oh mais en fait je suis introvertie ! Je comprends mieux mes réactions !

2. Suivre un cours de théâtre

Oh mais je suis à l’aise sur scène ! Je ne suis donc pas timide !

 3. Être l’hôte d’une soirée

Au final, on ne s’ennuie pas tant que ça avec moi !

4. Ne pas filtrer les appels téléphoniques

Veto !

5. Rester jusqu’au bout d’une soirée

Au final les invités sont plus détendus !

6. Choisir une personne de son entourage et lui parler de ce que je traverse en tant qu’introvertie

Une fois que l’on assume ce que l’on est et que l’on communique sur le sujet avec ceux qu’on aime, tout devient plus facile !

7. Trouver une autre personne introvertie et discuter de l’introversion avec elle

Je ne suis pas seule !

8. Engager une conversation avec un inconnu

Le sourire est un très bon moyen d’amorcer une conversation !

9. Inviter une personne proche à aller dîner

Un tête-à-tête n’est pas forcément une source de stress. C’est aussi un moyen d’avoir des conversations profondes.

10.  S’accorder une soirée détente, seule, avec mon repas préféré, un diffuseur d’huile essentiel et une musique relaxante

Quel plaisir de se recharger et de se détendre !


Ces défis m’ont permis de comprendre qu’il ne faut ni culpabiliser ni se forcer à être extraverti. Il faut accepter son introversion et être attentif à ses besoins.
J’ai aussi compris que je manquais de confiance en moi et qu’en comprenant et acceptant mon introversion, j’affirme ma personnalité et je me sens mieux. Je ne culpabilise plus de ne pas avoir envie de parler. Au contraire, je l’explique aux autres et comme ils m’aiment, ils comprennent.


J’ai fini par accepter qui je suis. Je ne me base plus sur les autres, sur ce qu’ils pensent. Je me base d’abord sur moi. Je me fixe un quota de sorties et je prends le soin de m’accorder du temps réparateur en solo.


Je suis à présent une introvertie soulagée…