Accoucher en toute sérénité sans péridurale | Healthy & Co

La péridurale, on le sait, est un rempart efficace contre la douleur et le stress de l’accouchement. Mais nombreuses sont les femmes qui choisissent d’accoucher naturellement sans y avoir recours. Et dans ce cas précis, l’appréhension est omniprésente. Celle de souffrir. Celle de ne pas tenir. Celle du danger encouru.

Alors accoucher sans péridurale et en toute sérénité, est-ce possible ?

Oui, oui et oui !

Ne vous inquiétez pas, des millions passent par là. Et toutes n’ont pas le luxe de choisir le type d’accouchement souhaité. Mesdames, la douleur est bel et bien gérable !

Si votre grossesse est saine, sans désagréments ni complications: il n’y a aucune raison que cela ne se déroule pas bien.

J’ai choisi d’accoucher sans péridurale malgré l’incrédulité autour de moi : « chérie, t’as rien à prouver à personne, on le sait que t’es une warrior ! » ; « S’infliger de telles souffrances! Mais pourquoi ? » ; « C’est la pire douleur au monde ! La pire !»  Au final, j’en garde un souvenir for-mi-da-ble !

Voici donc quelques esquisses de conseils qui pourront aider les futures mamans à mieux vivre ce grand moment :

1/ Faire fi des racontars

Oubliez tout ce que vous avez lu ou entendu comme récits horribles sur la douleur de l’enfantement. Oubliez ces scènes de films où les primipares hurlent comme des mauvaises prima donna (Merci Hollywood !). Il y a beaucoup d’exagération et de surenchère dans tout cela ! Bon, il y a du vrai aussi mais je n’ai par exemple pas vécu le tiers de ce qu’on m’avait décrit. J’ai longtemps cru que le pic de la douleur arrivait au moment où la tête du bébé sortait. Mais on ne sent rien du tout à ce moment là. Certes, il n’est pas impossible que vous poussiez un ou des cris mais cela sera plus dû à l’adrénaline qu’aux douleurs des contractions. Si chaque femme à une réceptivité et sensibilité différente à la douleur, une bonne préparation permet à toutes de vivre de la meilleure manière qui soit la naissance de leur enfant.

2/ Se préparer mentalement et physiquement

Dès le début d’une grossesse, il faut être en accord avec soi et se préparer en conséquence. On peut évidemment changer d’avis ! Il s’agit d’une décision personnelle. Sauf que faire volte-face à la dernière minute peut s’avérer périlleux (l’anesthésiste n’est pas toujours disponible, la péridurale prend du temps avant d’agir…). Personnellement, je me suis préparée en lisant toutes les informations et témoignages disponible sur la toile. Ils m’ont été d’une grande aide ! De même que la marche régulière, la natation, le fait de ne se refuser aucun plaisir (sain, précisons le) et le yoga.

3/ Parler à son corps et à son bébé

Ca peut sembler loufoque mais, à mon avis, c’est le moyen le plus efficace pour un accouchement en toute sérénité. L’esprit porte le corps. Si vous décidez que tout se passera bien, tout se passera à merveille. Il faut en être convaincu. Par ailleurs, votre bébé vous sent, vous écoute. Répétez-lui que vous devez former une équipe d’enfer tout au long de la grossesse. Etablissez une relation de confiance et une communication par la voix et les caresses. Dites lui que vous comptez sur lui y compris le jour j ! Vous verrez, celui-ci sera attentif à la demande de sa maman et tout ira bien et vite.

4/ Les différentes méthodes pour atténuer la douleur

Il y en a pas mal. Ce n’est que dans l’action que vous saurez laquelle sera le plus adaptée. Les plus répandues sont le contrôle du souffle ou exercices de yoga et le bain d’eau chaude. Dans mon cas, la source de chaleur s’est révélée une méthode très apaisante et limite anesthésiante au point de me faire dormir entre chaque contraction ! Je n’ai pas pris de bain mais préféré une serviette trempée dans de l’eau chaude déposée à même le ventre. L’extase !

5/ La présence d’un être aimé.

Il peut s’agir de votre fiancé, votre mère, une sœur, un(e) ami(e), n’importe qu’elle personne qui vous inspire confiance et qui sera à vos soins tout au long du travail et là pour vous accompagner pendant la délivrance. Mon mari a assuré. Ce fut un vrai travail d’équipe.

6/ Le lâcher prise

Vous ne pourrez pas tout contrôler ce jour là. Tout ne sera pas parfait d’autant que les nombreuses drogues naturelles qui se libèrent vont créer un puissant vertige intérieur mais aussi autour de vous. Acceptez et accueillez toutes ces manifestations d’endorphine, soufflez, laissez-vous porter, faites confiance à la nature et …à votre médecin.

Tout va bien, bébé pointe le bout de son nez !