flore intestinale

Notre intestin a longtemps suscité peu d’intérêt pour tout un chacun, mais depuis quelques années et le succès de certains ouvrages à son sujet, on s’y intéresse de plus près et on a bien raison… Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle notre 2e cerveau !

En effet comme le cerveau, il est composé de milliers de neurones, qui interagissent entre eux.

Il y a donc dialogue entre le cerveau et l’intestin. Un cas concret est celui du passage d’un examen ou lors d’une situation très stressante, le cerveau envoie des signaux à l’intestin ce qui provoque nos fameux maux de ventre et troubles du transit parfois associés !!

Par ailleurs, plus de 70 % du système immunitaire siège au niveau intestinal ce qui assure une régulation entre tolérance des aliments et défense contre les protéines étrangères. L’intestin est donc un élément clé dans notre capacité à résister aux infections, à ne pas générer d’intolérances alimentaires ou d’allergies.

Notre flore intestinale se constitue vers l’âge de 3 ou 4 ans, il est donc important de s’alimenter de manière très diversifiée, de ne pas prendre trop d’antibiotiques et d’être exposé à des microbes. Oui!  Oui, n’oublions pas que  nombre de bactéries sont nos amies.

Elles sont très présentes dans notre organisme, elles colonisent notre flore digestive mais aussi vaginale pour lutter contre les mycoses notamment.

Pour que la flore soit opérationnelle, il faut un juste dosage entre les bonnes et les mauvaises bactéries, sinon par manque de probiotiques, un déséquilibre s’installe provoquant des dérèglements de l’organisme : sensibilité accrue aux infections (en particulier ORL), une réaction aux protéines alimentaires (intolérances alimentaires, allergies) mauvaise digestion accompagnée de ballonnements etc

Pour entretenir une bonne flore, et qu’elle soit variée il est important de faire appel à son bon sens, et respecter ces quelques conseils assurant la relation probiotiques et prébiotiques (nourriture des probiotiques).

Comment préserver sa flore intestinale ?

–      Limitez le sucre et les aliments gras (hormis le « bon » gras voir ci après pour rappel)

–      Prenez le temps de bien mastiquer les aliments, afin de favoriser leur assimilation et digestion.

–     Consommez des aliments riches en antioxydants pour protéger la muqueuse intestinale des agressions du stress  : fruits et légumes frais de saison, épices et aromates, thé vert, etc.

–     Consommez des huiles vierges de première pression à froid qui sont riches en oméga 3 (colza, noix, soja, capeline), du poisson gras (sardines, anchois, maquereaux, thon, saumon)  ainsi que des oléagineux.

–   Consommez des yaourts si vous n’avez pas d’allergies, des pickles à préparer vous-même, des jus lacto fermentés que vous retrouverez facilement dans les magasins bio (jus de betteraves, jus de choucroute, jus multi-légumes, à consommer après le déjeuner et le dîner idéalement)

–          En cas de prise prolongée d’antibiotiques, votre médecin vous supplémentera certainement en probiotiques pour reconstituer votre flore.

–          Enfin n’oubliez pas les aliments riches en oligo-saccharides : l’asperge, les oignons, l’ail, la banane … qui eux nourrissent les probiotiques….

Quant à notre flore cutanée, elle contribue à la bonne santé de notre peau et de notre organisme.

Là aussi il faut la chouchouter. Privilégiez les produits non agressifs, bio ou naturels de préférence, et pensez à vous hydrater.

Une très bonne façon d’en prendre soin, est d’effectuer le brossage à sec, avec une brosse en fibre naturelle. Le brossage à sec comporte beaucoup de bienfaits et notamment celui de drainer le système lymphatique et de renforcer le système immunitaire.

Des études en cours pourraient bien nous en apprendre encore plus sur ce rôle du microbiote.

Stay tuned  !