Un jour, une amie qui m’est chère m’a écrit : « il faudrait juste ne pas avoir peur d’être bien ». Cette phrase a beaucoup raisonné en moi. Et si toutes ces années de torture quotidienne signifiaient simplement que je n’étais pas prête à être heureuse, que finalement j’étais bien attachée à toutes ces angoisses qui étaient les miennes ? Ne dit-on pas d’ailleurs que nous sommes capables de nous complaire dans la souffrance et qu’il est si dur de sortir d’un système préétabli ?

Oui, mais pourquoi ? Quel mécanisme si fort pourrait nous pousser à nous satisfaire de situations non acceptables, par exemple ? Quelles sont les clés pour se sentir VRAIMENT, VRAIMENT mieux ?

 

1/ Avoir confiance en soi

 « Je ne mérite pas d’être heureuse. »

« Je ne suis pas assez bien pour lui, pas assez jolie, pas assez cultivée. »

« On m’a toujours quittée ou trompée pourquoi ne serait-ce pas le cas cette fois-ci ? »

« Je ne pourrai jamais avoir ce poste, je n’ai pas assez d’expérience. »

« C’était un coup de chance mais comme on le sait elle finit toujours par tourner. »

Qui n’a pas déjà prononcé ou entendu ces phrases si dures ? Le manque de confiance en soi peut avoir des conséquences catastrophiques sur notre vie.

D’ailleurs, en entreprise, n’avez-vous pas déjà remarqué à quel point les personnes sûres d’elles pouvaient réussir mieux et plus vite que les autres ? Et ce, peu importe leur degré de compétence. La confiance en soi irradie : elle rassure également nos interlocuteurs et a le pouvoir dingue de pouvoir surmonter le regard des autres, ses peurs et toutes formes de critiques. Et n’est-ce pas là le meilleur chemin pour être heureux ? S’imposer, ne plus subir les décisions des autres, affronter les difficultés la tête haute et savoir faire des choix se révèlent être des éléments indispensables pour se sentir bien dans sa vie et dans sa peau. L’image que vous renvoyez lorsque vous avez confiance est totalement différente : le message qui se dégage est positif et attirera à vous les bonnes personnes ou situations.

 

2/ Cesser de vouloir tout contrôler

 Alors, non, vous ne pouvez en aucun cas contrôler votre vie. Comme dirait ma chère mère : « La peur n’enlève pas le danger », à savoir donc que peu importe de prévoir toutes les catastrophes qui pourraient éventuellement survenir, vous ne pourrez jamais les éviter. Vouloir tout contrôler est le meilleur moyen de ne pas être heureux du tout !

Prenons l’exemple d’une relation amoureuse : ne pas s’engager permettrait pour certains d’éviter toute forme de déception. Oui, cela se tient. Toutefois, ne pas s’ouvrir totalement à l’autre est aussi le meilleur moyen de passer à côté d’une belle histoire. Se protéger de tout c’est ne rien vivre du tout. On n’a pas mal mais on est déjà mort, vous ne trouvez pas ?

 

3/ Arrêter de se plaindre

Fidèle à la réputation des français, j’étais la râleuse numéro 1 : jamais contente, insatisfaite notoire, je passais ma vie à me plaindre : « je suis au bout de ma vie », « je suis fatiguée », « je déteste mon job », « je n’ai rien à me mettre », « je ne gagne pas assez bien ma vie », « je n’ai pas le dernier sac à la mode », etc. La liste est longue et mes amis n’en pouvaient plus !

Et puis un jour, j’ai réalisé : premièrement j’ai beaucoup de chance et deuxièmement il me manquera toujours quelque chose et n’est-ce pas mieux comme cela ? Si je possédais déjà tout, si j’avais atteint tous mes objectifs à seulement 31 ans, la vie serait bien triste, non ?

J’ai donc cessé de focaliser toute mon attention sur ce qu’il me manquait et j’ai davantage regardé vers tout ce que j’avais déjà et wahou : j’ai beaucoup, beaucoup de chance.

Résultat après quelques semaines de pratique : moral reboosté, cercle vicieux cassé et vision des choses transformée ! Désormais j’ai plutôt envie de dire un grand merci ! Gratitude au quotidien = bonheur au bout du chemin.

 

4/ Savoir s’entourer

On oublie les relations toxiques, celles qui vous torturent et que vous continuer malgré tout à entretenir par pur….masochisme ?

Les amis par exemple : si lorsque vous vous sentez stressé ou diminué aux côtés d’une personne c’est un signe qu’il est important d’écouter. Les amitiés ne sont pas là pour nous détruire mais au contraire pour nous rendre plus heureux, plus fort, avec plus de confiance en soi. Il ne faut pas avoir peur de faire le tri, certaines personnes ne sont que de passage dans nos vies et c’est aussi bien comme cela.

 

Il paraît qu’il est plus simple de glisser dans le malheur que d’être heureux : solution de facilité puisque être heureux nécessite tout de même quelques efforts. Se sentir bien est aussi un choix qu’il vous appartient de faire ou non. Pour ma part, j’ai choisi.