Kit de survie pour entretien d’embauche

Ma mission d’aujourd’hui c’est de vous aider à anticiper les pièges de tout entretien d’embauche.

Afin d’arriver en pleine possession de vos moyens le jour J, voici un kit de conseils afin de mettre toutes les chances de votre côté !

1) Jouez à l’espionne 

Premier outil essentiel,  le « background check ». Faites des recherches préalables sur l’entreprise mais aussi sur les personnes que vous allez rencontrer.

Réfléchissez aux questions que vous pourrez poser à votre interlocuteur: sur le poste en lui-même mais aussi sur les conditions salariales et le développement dans l’entreprise. C’est ultra-important  car cela montre votre intérêt pour le poste et votre capacité à en comprendre les enjeux.

2) Préparez votre tenue de combat

Pas de survie sans tenue de camouflage appropriée! Alors étudiez le style de l’entreprise pour pouvoir vous habiller en conséquence. Si c’est formel misez sur le tailleur. Si c’est plutôt décontracté, optez pour le casual chic.

Je m’oppose à la vieille tradition selon laquelle une femme devrait s’habiller sexy pour un entretien.  Je pense qu’en réalité cela suggère à l’employeur que vous n’avez pas vraiment confiance dans vos compétences et que vous essayez de compenser en misant sur d’autres atouts…

3) Racontez votre histoire

Pour briser la glace, on vous demandera presque toujours de vous présenter. Il faut que vous puissiez raconter les grandes lignes de votre cv de manière cohérente, crédible et vivante.

Evitez de tomber dans trop de détails, l’idée c’est que l’employeur comprenne qu’il y a un fil rouge dans votre parcours, qu’il le trouve sensé et logique, qu’il voie le pourquoi de vos décisions passées et comment elles vous ont amenées jusque dans son bureau.

S’il y a une détail gênant ou qui ne colle pas, cela créera de la méfiance et on risque de ne pas vous rappeler pour un deuxième entretien.

Préparez-vous comme si vous alliez passer au décodeur de mensonge. Testez votre discours avec des proches ou des mentors pour évaluer sa crédibilité. Parfois, même la vérité, s’il elle n’est pas bien présentée, peut sonner faux à l’oreille d’un recruteur.

4) Transmettez votre envie 

Evidemment il faudra blinder la partie motivation de votre discours. L’idée c’est de montrer que tout vous prédestinait à ce poste et qu’il est fait pour vous.

Pourquoi ce poste plutôt qu’un autre? Pourquoi cette entreprise plutôt qu’une autre? Quel est votre projet sur le court et long terme?

Mettez de la sincérité dans votre propos, le danger c’est de tomber dans l’énumération d’une liste d’arguments: l’employeur aura l’impression que vous lui ressortez des éléments de langage, ça ne lui transmettra pas d’enthousiasme.

5) Amenez du concret

Evidemment, vous aurez préparé votre liste d’exemples de succès et d’échecs pour mettre en valeur vos compétences et vos points de développement.

Beaucoup de recruteurs aiment les cas pratiques et les descriptions de situations que vous avez géré dans le passé ou dont vous avez tiré une leçon importante.

N’hésitez pas à apporter des documents au sujet de projets que vous avez réalisé dans le passé, ce sont des trophées témoignant de vos victoires et un bon moyen de laisser une trace sur le bureau du recruteur.

6) Résistez à la mise sous pression

Une fois rassuré sur vos compétences, le recruteur va enquêter sur votre personnalité pour s’assurer que vous vous adapterez à l’équipe et à l’organisation.

Il vous posera des question du type: Quelles sont vos forces/faiblesses ? Qu’est-ce qui vous motive à vous lever le matin? Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre job? Quel type de tâche vous donne de l’énergie?

Afin de vérifier la crédibilité du portrait que vous aurez fait de vous-même, certains employeurs vous mettront dans des situations de stress afin de voir quelle sera votre réaction. En d’autres mots, ils vont vous tester, vous poussez dans vos retranchements. Parfois ce sera assez violent, donc préparez-vous mentalement.

7) Annoncez vos attentes salariales

Le salaire, c’est parfois un « deal breaker » dans une candidature. Les professionnels du recrutement le savent bien, ils vous demanderont rapidement vos attentes afin d’éviter une déconvenue en fin de parcours. En effet, inutile de perdre votre temps et le leur!

Si le recruteur ne vous en parle pas du tout, il y a trois interprétations possibles:

– soit il pense que vous accepterez n’importe quel salaire

– soit le salaire est au rabais et il attend que vous soyez assez emballée pour faire passer la pilule à la fin

– soit il n’est pas très intéressé par votre profil!

Mon conseil : n’attendez pas la suite des entretiens, parlez-en dès le début! Une bonne façon de le faire, c’est de mentionner votre salaire actuel pour que l’employeur sache à quoi s’attendre. Si c’est très loin de ce qu’il peut vous offrir, il ne vous rappellera pas pour un second entretien. Si c’est dans ce qu’il peut vous offrir, vous pourrez négocier.

Claire Couet

Claire Couet

Conseillère en relations publiques et communication à Bruxelles, Claire est passionnée par l’intelligence émotionnelle au travail, le développement du leadership et la gestion du changement en entreprise. Bloggeuse sur LinkedIn Pulse et Twitter. Polyglotte, yogi, et amoureuse de l’Argentine. Claire est également coach en team building et développement des organisations.

Tous les articles
Views: (246)